Sa Majesté Tahéruka Shabazz, Sekhem-Bawantua par la Grâce de Dieu, Souverain de Droit Divin ?

cropped-400074_449099401811019_258096500_n.jpg
Sa Majesté Magistrale Tahéruka Shabazz, Chef de la Maison Royale Zaria-Shabazz

Feu le Pr Cheikh Anta Diop faisait remarquer que l’institution de la Royauté était un marqueur du monde noir, du Peuple-Originel. Toutes les autres royautés et autres régimes monarchiques du monde à travers le temps et l’espace découlent de cette royauté africaine qui se veut depuis ses origines comme étant de droit divin. Aussi la Royauté d’obédience zariate-Shabazz, elle aussi se dit être naturellement de droit divin. Une telle affirmation peut choquer et être interprétée comme une volonté de puissance de type tyrannique, dictatoriale, mégalomaniaque en somme une pure folie sans issue. C’est que pour le commun des mortels intoxiqués par la propagande pro-républicaniste, la « royauté de droit divin » rime avec ivresse du pouvoir absolu, sans limite, anti-démocratique.

Cette expression (« de droit divin ») se comprend généralement comme le fait que Dieu Lui-même serait venu accorder de Ses mains propres ce droit de régner à une personne, la choisissant Personnellement comme roi pour un royaume donné. S’il est vrai que dans la royauté de droit divin, le roi est vraiment choisi par Dieu, il n’en reste pas moins que la modalité de sélection n’est pas unique comme le supputent la plupart des gens mal ou sous-informés. En effet, Dieu n’est pas obligé de systématiquement Se déplacer Lui-même pour choisir un roi pour un peuple donné. Il peut faire se lever une personne dans ce peuple pour monter sur trône, soit pour punir ou soit pour récompenser ce dit peuple.

Ainsi nous pouvons dire que de par sa simple naissance, Dieu a vraiment choisi ce roi. C’est donc de droit divin qu’il règne et ce même s’il est monté sur le trône par la conquête. S’il a accédé au trône par succession, étant lui-même le fils d’un roi, c’est encore de droit divin qu’il règne. Car c’est une des modalités de sélection que Dieu peut choisir pour autoriser à monter sur le trône. S’il avait été élu par ses pairs ou par la population selon les coutumes du royaume, là encore ça aurait été de droit divin qu’il règnerait. Ainsi, voyons-nous que Dieu n’a pas besoin de Se déplacer Lui-même pour faire appliquer Son choix, Son droit, ou pour communiquer un pouvoir ou un droit.

Dieu étant le Maître de tout et de tous, Il est le Droit de tous les droits, la Source de tous les droits, le Roi de tous les droits. S’il veut régner par Lui-même directement sur un peuple qu’Il aura préalablement choisi, c’est Son droit et l’on dira qu’Il règne de droit divin. S’Il veut communiquer le pouvoir de régner sur tel ou tel peuple, en telle ou telle période, en tel ou tel lieu, c’est encore Son droit ; et la personne qu’Il aura choisie pour communiquer ce droit de régner règnera de droit divin. Et ce, peu importe la modalité qui aura été choisie pour communiquer ce droit (naissance, succession héréditaire, don, conquête, élection juste, etc.). Tout droit véritable émane de Dieu ; par conséquent tout souverain qui règne selon ce droit légitime fondé sur le droit d’origine divine est naturellement un souverain de droit divin.

De même, tout propriétaire d’un bien qu’il aura acquis selon un droit légitimement fondé sur le droit d’origine divine est un propriétaire de droit divin. En effet, un enfant qui hérite un bien de ses parents est un propriétaire de droit divin ; une personne qui reçoit en don un bien un de la part d’un tiers est propriétaire de droit divin. Le souffle de vie dont nous bénéficions tous, gracieusement donnée par Dieu, est un bien de droit divin, car c’est par la Grâce de Dieu que nous vivons. Ainsi régner de droit divin revient à dire régner par la Grâce de Dieu ; car n’eut-été Sa Grâce, ce règne n’aurait jamais pu voir le jour. Régner de droit divin, c’est tout simplement régner légitimement en conformité avec les lois de Dieu et les us et coutumes du royaume.

De ce fait, nul n’a le droit de contester ce droit, car il n’existe pas de droit contre le droit divin, pas de droit pour contester un droit légitime. En effet, s’il existe un droit pour quelqu’un c’est qu’il existe un devoir pour les autres, à savoir celui de respecter ce droit légitime, de ne pas le violer, ni l’usurper, ni l’amoindrir, ni l’abolir, ni l’interdire, ou l’empêcher dans son exercice. De la même manière que le souffle de vie donné à un enfant encore dans le ventre de sa mère est un droit divin que nul n’a le droit de violer. Nul n’a le droit de lui ôter cette vie qui est un droit divin donc légitime selon les lois de Dieu et des coutumes du peuple originel, fussent ses propres géniteurs.

Aussi quand nous disons que nous sommes Chef de la Maison Royale Zaria-Shabazz de droit divin, Sekhem-Bawantua par la Grâce de Dieu, ce n’est pas pour nous enorgueillir par fatuité ou par mégalomanie mais en vérité cela traduit simplement une réalité anthropologique fondée sur les lois de Dieu et les us et coutumes de nos ancêtres.

Sa Majesté Magistrale Tahéruka Shabazz, Chef de la Maison Royale Zaria-Shabazz

Advertisements

One thought on “Sa Majesté Tahéruka Shabazz, Sekhem-Bawantua par la Grâce de Dieu, Souverain de Droit Divin ?”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: